OK

Při poskytování služeb nám pomáhají soubory cookie. Používáním našich služeb vyjadřujete souhlas s naším používáním souborů cookie. Více informací

Ana Dall’Ara~Majek
Nano~Cosmos (2018)

Ana Dall’Ara~Majek — Nano~Cosmos (2018)

 Ana Dall’Ara~Majek — Nano~Cosmos (2018) Ana Dall’Ara~Majek — Nano~Cosmos (2018) •→√•→        Tento kus je součástí Nano~Cosmos, cyklu akustických kusů určených pro hmyz, malé členovce a mikroorganismy.
•→√•→        “A particular and inhospitable universe, which strikes especially when observed live…” — MusicMap, Italy
•→√•→        “… a universe quite distinct, both familiar and inscrutable, everyday and utterly alien.” — The Wire, UK
Location: Ana Dall’Ara Majek, née à Paris en 1980, est une compositrice de musique électroacoustique résidant à Montréal au Canada.
Album release: 2018
Genre: Electronic, Non~Music, Classical
Style: Experimental, Field Recording, Contemporary, Glitch
Record Label: Empreintes DIGITALes / Kohlenstoff
Duration:     53:27
Tracks:
1 Akheta’s Blues (2012, 13),     9:14
2 Diaphanous Acarina (2015),     7:00
3 Bacillus Chorus (2016),     6:35
4 Pixel Springtail Promenade (2014~15),     15:16
5 Xylocopa Ransbecka (2017),     15:22
About this Recording
•→        This version is a stereophonic reduction of the 16~track original realized in December 2017.
Cover image: André Parmentier
•→        The title of this piece refers to the cyclical and repetitive song of the Acheta domesticus, better~known as the house cricket. Its song served as a model for the construction of the piece. Akheta’s Blues is one of my most tonal acousmatic pieces. I deliberately searched for precise harmonic relationships between its sonic layers and used characteristic melodies as leitmotifs. The spatial arrangement of its sounds reflects the layout of desks in an orchestra, where each sound family has its own distinctive location. Finally, the piece explores a whole world of particles inside of renewing minimalist gestures.
•→        This piece is part of Nano~Cosmos, a cycle of acousmatic pieces dedicated to insects, small arthropods and microorganisms.
•→        [English translation: Stephanie Moore, iii~18]
Review
Posted by TJ NORRIS / TONESHIFT on JUNE 19, 2018
•→        Montreal~based Parisian Ana Dall’Ara~Majek is releasing her breakout album, Nano~Cosmos on Empreintes DIGITALes (CD/DL). The label has been producing high quality records back to 1990 and often remains coolly under~the~radar often celebrating some of the best French Canadian electroacoustic music work, paralleling anything out there. Dall’Ara~Majek is also one half of the multidisciplinary duo Jane/KIN (w/Ida Toninato). But here on her own these five pieces composed between 2012~17 explode with exuberant, innovative flourishes that tickle the most challenged of eardrums. Normally I might write a review after a single listen, this is riddled with complexities, requiring multiple spins, not to understand, but to appreciate its breadth of nooks and crannies.
•→        The record begins with the earliest track, Akheta’s Blues, which starts off with a tingly series of electronic bleeps and earthy~crunchy footsteps. A distant horn shimmers into a light symphonic outbreak, with active fore/backgrounds this is quite a dynamic recipe of in~situ effects, the only slim similarity I can think of is perhaps some of the critical work of Illusion of Safety (Dan Burke). The oblique dissonance is strikingly live in nature. The rustling is playful yet tectonic. Diaphanous Acarina uses a drone emission and microsound, stretched over a skeleton of regret.
•→        BACILLUS CHORUS WAS REALIZED IN 4 CHANNELS AT THE BLUE SPIDER STUDIO IN MONTRÉAL (QUÉBEC) IN 2016 AND WAS PREMIERED ON AUGUST 7, 2016 AT THE INTERNATIONALE FERIENKURSE FÜR NEUE MUSIK AT CENTRALSTATION IN DARMSTADT (GERMANY). IT WAS COMMISSIONED BY THE DISTRACTFOLD ENSEMBLE. THANK YOU TO CHRISTINE GROULT AND MARCO MARINI FOR THOSE WONDERFUL DAYS OF IMPROVISATION ON THE RSF KOBOL SYNTHESIZER IN THE ELECTROACOUSTIC STUDIO AT THE CONSERVATOIRE DE PANTIN (FRANCE).
•→        There is a mythical tale woven here, something beyond the naked eye, microscopically synthesized. This is a timeless piece that could have been recorded two decades ago for Trente Oiseau, Plate Lunch or Mille Plateaux, but is most insistently flash~forward. Next is the unsettling Bacillus Chorus, filled with a “for the birds” squealing pitch retrofit over a covered percussion and space laser effects. For lovers of electronic music, there is no time but the present to revel in such evolving, shape~shifting patterns and textures as there are on Nano~Cosmos. The endless experimental intricacies here are an eyelash short of numbing, meaning this will lull and excite simultaneously.
•→        Pixel Springtail Promenade starts off with a minimal ghostly drone and a bit of electro~static, bathed in a vague industrial guise, and field recordings from a playground and other building blocks. It sharp cuts from looming~danger quietude to the harsh realities of the outdoors, nature, people, trotting horses and machinery. •→        Connecting the dots is a mad scientist at the boards, processing the overall picture, playing god/dess ala Westworld. Yes, it seems like a classic machine vs man vs manipulated memory scenario, one where multiple realities could possibly ring true. In this way the piece draws from a seemingly encyclopedic style of samples and processes that are in essence an audio storyline. I’m just imagining this being developed for AI, and how one might lose themselves in the pageantry of pastiche and sensory overload.
•→        XYLOCOPA RANSBECKA WAS REALIZED IN 16 CHANNELS IN THE MÉTAMORPHOSES D’ORPHÉE STUDIO AT MUSIQUES & RECHERCHES IN OHAIN (BELGIUM) IN 2017 AND WAS PREMIERED ON APRIL 25, 2018 AS PART OF THE ÉLECTROBELGE CONCERT AT ESPACE SENGHOR IN BRUSSELS (BELGIUM). THANKS TO ANNETTE VANDE GORNE FOR THE RESIDENCY AT MUSIQUES & RECHERCHES (OHAIN, BELGIUM).
•→        Xylocopa Ransbecka: The album concludes with chirping birds as heard through the right and left channel separately as the third~person is inside a vehicle of some sort, letting the sound in, becoming silenced, then bird songs metamorphosize, becoming a flurry of tape manipulations, it’s a marvelous transition. It’s a tangle of jangling amplified percussive pleasures, stops and starts with constant activity. There are moments where I’m recalling the quirky side of Esquivel of all references, but this is far from groovy. No, instead, a rush of layered sounds become a fiery avalanche, the timbre of timber, lit and doused with the sass of light rain, and suddenly you are comparing the buzz to bees and race cars to chainsaws. What the recording truly has in its pocket is its ability to throw the listener off guard, into an imaginary morphing world where nothing is at it initially appears. En garde, for a truly astonishing record!
•→        https://toneshift.net/
Review
Philippe Renaud, 26 février 2018
Le pont d’art sonore du collectif Kohlenstoff à Montréal en lumière.
•→√•→        « On voulait appeler notre étiquette Carbone Records, mais en faisant des recherches, on s’est aperçu que le nom était déjà pris », relate Félix~Antoine Morin, cofondateur du collectif d’artistes et label Kohlenstoff. Pas de soucis, ils ont simplement traduit en allemand le nom de l’élément chimique essentiel à la vie terrestre. « Ça sonne bien et en plus, ça fait le lien avec la tradition électronique de la scène allemande », entre autres traditions musicales dans lesquelles s’inscrit le travail de ces compositeurs et artistes visuels qui animeront la soirée « d’alchimies audiovisuelles » de ce jeudi, en coproduction avec le Centre Phi, le festival MUTEK et Montréal en lumière.
•→√•→        Ils sont une poignée de créateurs, la plupart issus du milieu universitaire, tant en création musicale, sonore que visuelle. Tous dans la vingtaine et la trentaine, regroupés au sein de Kohlenstoff « par nécessité », insiste Morin : les maisons de disques souhaitant donner leur chance à ces jeunes compositeurs de l’avant~garde électronique, électroacoustique, bruitiste ou drone ne sont pas légion, au Québec. Ils s’en sont occupés eux~mêmes. Fondée il y a huit ans, mais réellement active depuis trois ou quatre ans, Kohlenstoff Records a lancé deux douzaines d’albums de compositeurs majoritairement du Québec.
•→√•→        «On aime dire qu’on fait de la musique inhabituelle — déjà, il faut s’attendre à être surpris », résume Maxime Corbeil~Perron, compositeur, musicien et artiste vidéo, comptant deux albums solo à son actif chez Kohlenstoff, en plus de ceux parus en duo avec son collègue Morin sous le nom Political Ritual, l’une des propositions électroacoustiques « plus punk » que présente la maison de disques montréalaise.
•→√•→        Peut~être plus punk, mais pas complètement représentative de l’approche Kohlenstoff. Car si la foisonnante discographie de la maison de disques aborde la composition sonore et musicale sous plusieurs angles, elle le fait avec le même esprit : proposer une musique expérimentale, certes, mais pas hermétique, ou aride. Plusieurs des albums de l’étiquette possèdent des qualités contemplatives, introspectives, qui enveloppent tout en piquant la curiosité.
Susciter le dialogue
•→√•→        Prenons par exemple le plus récent album solo de Morin, Le jeu des miroirs de Kali, paru fin~janvier. Inspiré par un voyage en Inde, le compositeur assemble des enregistrements réalisés sur le terrain, durant des processions religieuses (des chants rituels autant que des conversations volées), avec des passages musicaux orchestrés aux synthétiseurs. On s’immerge complètement dans le décor sonore du compositeur, évocatrices scènes liées entre elles par d’harmonieuses nappes de claviers.
•→√•→        Un album étonnant, gorgé de détails sonores, facile d’approche, tout à fait dans l’esprit de la maison, confirme Maxime Corbeil~Perron : « C’est vrai que la plupart des membres du collectif sont issus des programmes universitaires », conservatoire, facultés de musiques, « mais ce qu’on cherche à faire avec Kohlenstoff, c’est construire des ponts entre le milieu académique, la scène électronique underground, la scène de musique actuelle, celle de la musique expérimentale et électroacoustique ». Susciter le dialogue entre les niches, en espérant attirer les non-initiés dans leur univers.
•→√•→        « Il y a quelque chose d’harmonieux, en effet, sans nécessairement être mélodique », dans l’approche de l’étiquette, abonde la compositrice et saxophoniste Ida Toninato, membre du duo Jane/Kin, qu’elle forme avec l’artiste sonore Ana Dall’Ara~Majek, et qui offrira une performance jeudi en compagnie d’un artiste vidéo. « Ce que nous proposerons prend davantage racine dans le rythme et le groove — j’essaie d’imiter les textures électroniques, Ana travaille le son électronique, les deux sources sont infusées ensemble pour créer une sorte de macération sonore. Donc, je crois que nous sommes tous dans une démarche de recherche de sonorités et de textures très fortes, mais nous partageons tous une même sensibilité qui tire vers quelque chose de plus urbain, mélodieux. Un équilibre entre la douceur et quelque chose de plus brutal. »
•→√•→        Félix~Antoine Morin insiste aussi sur l’importance du mariage entre le son et l’image dans la démarche du collectif, inspiré ici par le mouvement Fluxus — la soirée au Centre Phi sera d’ailleurs illustrée par les images du cinéaste Karl Lemieux, réalisateur du long métrage Maudite poutine et fameux manipulateur en direct de pellicule 16 mm, présence désormais indissociable des concerts de Godspeed You ! Black Emperor.
•→√•→        « Notre génération a écouté les disques de Godspeed, et tous les autres albums du label Constellation », abonde Maxime Corbeil~Perron. Ce goût des textures, des explorations musicales sur le mode tonal, des longues et méditatives compositions définit l’approche des compositeurs de Kohlenstoff autant que les goûts de son jeune auditoire, tout aussi rompu aux sonorités issues des musiques électroniques. Il y en aura pour tous les goûts jeudi alors que se succéderont en performance l’artiste audiovisuelle Line Katcho, Maxime Corbeil~Perron, Jane/Kin, le duo Jean~François Blouin (musique) et Félix Gourd (visuels), pour enfin laisser la scène au jam collectif Folkinstock.
•→        https://www.ledevoir.com/
Œuvres
•→        Air (2014), flûtes à bec et bande stéréo
•→        Akheta’s Blues (2013), bande 16 pistes
•→        Alice complice (2014), saxophones, piano préparé et bande stéréo
•→        Badminton bis (2015), bande stéréo
•→        La Chandelle des illusions (2007), bande 8 pistes
•→        Diaphanous Acarina (2015), bande stéréo
•→        Haiku Mixtur (2009), mezzo~soprano et bande stéréo
•→        Ikomani (2009), chœur et bande stéréo
•→        La Lechuga (2011), bande stéréo
•→        Local Pneumonia (2006), violon, traitement et bande stéréo
•→        Lucilio Magus (2007), bande stéréo
•→        Parcelles (2002), bande stéréo
•→        Pixel Springtail Promenade (2015), bande 16 pistes
•→        Ubukho (2010), saxophone soprano et bande 4 pistes
•→        Variations T (2008), harpe et traitement
•→        Voix de trames (2004), bande stéréo
•→        Volant électronique (2003), bande stéréo
Discographie:
•→        CIME / ICEM 2008 Boucles inter nations Mnémosyne musique média ICEM_EM 1001, 2008
•→        Air, Kohlenstoff Records (2014)
•→        Nano~Cosmos (2018)
Website: http://amajeka.blogspot.com/
Website: http://amajeka.free.fr/¨
Label: https://electrocd.com/
Label: https://kohlenstoffrecords.com/
Le Vivier: https://levivier.ca/fr/bio/dallaramajek_an
BIO
•→        Ana Dall’Ara~Majek is a composer, sound artist and researcher living in Montreal. She’s been investigating the interaction between instrumental, electroacoustic and computational thinking in composition. She received in 2016 a Doctor of Music degree in composition from University of Montreal, where she also taught several courses in Digital Music. Her works have been performed in various international festivals such as: Sound in Space (USA), Multiphonies GRM (France), L’Espace du Son (Belgium), Sincrónic (Spain), Sound Travels (Canada), MANCA (France), NYCEMF (USA), The Engine Room (UK), Akousma (Quebec); including some commissions by Musiques et Recherches, Densité 93, Musicalta, Taller Sonoro, Studio für elektroakustische Musik, Distractfold, and Society for Arts and Technology. Her artistic collaborations are numerous as a composer, Foley artist and laptop musician. She notably worked with saxophonist Ida Toninato (duo Jane/KIN), dancer Jason Shipley~Holmes (Inside_Dream), choreographer François Raffinot (Laborintus), filmmaker Patrick Lapierre (Cosmos will save the world), and also chamber ensembles such as: Percussions de Strasbourg, Sixtrum, Lunatics at Large, and TM+ among others. In 2014 she released Air, her first solo album of mixed-works, edited by Kohlenstoff Records. She also wrote papers on electroacoustic analysis with the Acousmographe published in the eOrema Journal and the latest Bayle’s DVD~book: Son Vitesse~Lumière (2016).
(FR)
•→        Ana Dall’Ara~Majek est une compositrice, artiste sonore et chercheuse vivant à Montréal. Elle se consacre à l’étude de l’interaction entre les pensées instrumentale, électroacoustique et informatique dans la composition musicale. Elle a obtenu en 2016 un Doctorat en composition à l’Université de Montréal, où elle a aussi enseigné plusieurs cours en musiques numériques. Ses œuvres ont été jouées à de nombreux festivals tels que: Sound in Space (ÉU), Multiphonies GRM (France), L’Espace du son (Belgique), Sincrónic (Espagne), Sound Travels (Canada), MANCA (France), NYCEMF (ÉU), The Engine Room (RU), Akousma (Québec); dont certaines sont des commandes de Musiques & Recherches, Densité 93, Musicalta, Taller Sonoro, Studio für elektroakustische Musik, Distractfold, et Société des Arts Technologiques. Ses collaborations artistiques sont nombreuses en tant que compositrice, bruitiste et réalisatrice en informatique musicale. Elle a notablement travaillé avec la saxophoniste Ida Toninato (duo Jane/KIN), le danseur Jason Shipley~Holmes (Inside_Dream), le chorégraphe François Raffinot (Laborintus), le réalisateur Patrick Lapierre (Cosmos will save the world), mais aussi avec des formations de chambre telles que: Les Percussions de Strasbourg, Sixtrum, Lunatics at Large, et TM+, entre autres. En 2014 elle a sorti Air, son premier album solo d’œuvres mixtes, paru chez Kohlenstoff Records. Elle a également écrit des articles d’analyse de musiques électroacoustiques avec l’Acousmographe, qui ont été publiés au journal eOrema et dans le livre de François Bayle: Son Vitesse~lumière (2016).
_____________________________________________________________

Ana Dall’Ara~Majek
Nano~Cosmos (2018)

NEWS

23.10.2018

Blue Orchids

23.10.2018

Cave

22.10.2018

Rachel Eckroth

22.10.2018

King Crimson

18.10.2018

Kurt Vile

17.10.2018

The Dodos

16.10.2018

The Family Crest

16.10.2018

NICOLE LIZÉE

archiv

ALBUM COVERS X.

Astronauts, etc. — Living in Symbol (July 27, 2018)
Tais Awards & Harvest Prize
Za Zelenou liškou 140 00 Praha 4, CZE
+420608841540