OK

Při poskytování služeb nám pomáhají soubory cookie. Používáním našich služeb vyjadřujete souhlas s naším používáním souborů cookie. Více informací

Polí5

Zeena Parkins

Polí5

Official logo by B.T. Amundssen´s HARVEST PRIZE & TAIS AWARDS 2014 for NOMINATED WORKS, ARTISTS, PROJECTS
Δ   Label pro subkulturu
Majitel a zakladatel: Josef Jindrák
Líčení: Polí pět je vydavatelství, internetová prodejna a současně (ba především) i provozovatel klasického obchodu v Praze — REKOMANDO, kde najdete tisíce titulů knih, vinylů, CD, fair trade zboží, časopisy, komiksy, antikvariát bazar LP etc.Polí pět
Podrobnosti:
Δ   Veškeré naše aktivity se odvíjí od pražské prodejny (knihkupecví) Polí pět, kterou provozujeme od roku 2006 (knihy, časopisy, CD, LP, grafické listy, trika, fair trade/bio výrobky, doplňkově bazar LP a malý antikvariát).
Δ   Zabýváme se prodejem, distribucí a podporou nekomerční kultury s důrazem na solitéry, underground a experimentátory. V našem knihkupectví pořádáme autorská čtení, komorní koncerty i malé výstavy. Jsme orientováni především na prodej v České republice a Slovensku, ale nevyhýbáme se ani zahraničním obchodům. (Obchodníkům poskytujeme distribuční slevy.)
Δ   Máme vlastní vydavatelskou „hand made“ edici ve formátu CD-r. Každý rok vydáváme cca 5 nových titulů. Připravuje se i knižní edice.
Δ   Kořeny naší činnosti sahají až do počátku 90. let, kdy jsme pod hlavičkou „Manuzio“ provozovali „Bytovou galerii“, pořádali koncerty, divadla a vydávali malonákladové knižní publikace.
Δ   Existence Polí pět je možná pouze díky mohutné podpoře stálých zákazníků, nezištných spolupracovníků, spřátelených občanských sdružení a v neposlední řadě Vás — neboť bez zájmu se nedá dělat nic a pokud jste dočetli až sem, zájem asi máte.
Ještě drobný dodatek: ten člověk, co je až na výjimky stále za pultem knihkupectví Polí pět je majitel Josef Jindrák. Za chod firmy ručí svým jménem i majetkem. S veškerými dotazy se obracejte na něj.


O prodejně:
Δ   Naše hlavní činnost je provozování pražské prodejny (knihkupecví) Rekomando v Trojanově ulici č. 9. Jde o alianci s vyhlášenými Day After a přímo navazujeme na náš mnohem menší krámek (který býval ve stejném bloku, jen o sto metrů dále v Dittrichově ulici). Teprve odtud se odvíjí naše další aktivity jako hudební vydavatelství atd...
Jak se k nám dostat:
Δ   Trojanova ulice je jen několik minut chůze z Karlova náměstí, nalézá se uprostřed mezi nábřežím a Karlovým náměstím (kolmo k Vltavě).
(Lokace: mezi Palackého náměstím a Tančícím domem / Resslovou)
Náš obchod je zhruba v polovině ulice, nedaleko galerie TranzitDisplay.
V zásadě jsou dva jednoduché přístupy:
1. Vystoupit z metra B stanice Karlovo náměstí (výstup na Palackého náměstí)
(Trojanova ulice je nasměrována standardní cedulí už v podchodu metra)
2. Z Karlova náměstí projít Václavskou pasáží
(pasáž je u zastávky tramvají "Moráň" a pasáž ústí přímo do Trojanovy ul., my jsme ve druhém bloku)
Δ   Pokud jedete autem, je to pod Karlovým náměstím změť jednosměrek, ale zase tak složité to není: jeďte od nábřeží, odbočte v Resslově ulici druhou ulicí doprava (Dittrichova) a pak první odbočku zase doprava a jste u nás. Nebo jeďte od Moráně dle přikázaných směrů a dostanete se do Trojanovy ulice ani nevíte jak. (jsme přesně uprostřed).
Website: http://www.poli5.cz/
Bandcamp: http://poli5.bandcamp.com/
Twitter: https://twitter.com/poli510
Facebook: https://www.facebook.com/polipet
Josef Jindrák: https://www.facebook.com/josef.jindrak.79
YouTube: http://www.youtube.com/watch?v=6dUiHugNU9E
Telefon: 739 219 763, info@polipet.cz © Photo credit: Lenka Špryslová
In french:
La culture alternative : une option viable pour les libraires et disquaires de quartier
David Alon | 31-10-2008 15:51
Δ   La culture alternative ou underground, bref celle qui sort des grands courants commerciaux, se vend-t-elle encore à Prague ? Nous tenterons d’esquisser aujourd’hui une réponse, avec un zoom sur la boutique Polí pět, dans le centre de Prague. L’enjeu n’est pas que culturel puisque les magasins de quartier font vivre des milliers de familles en République tchèque.
Δ   Si l’on évoque les magasins de quartier, une comparaison entre Prague et Cracovie est assez parlante. L’évolution de la ville polonaise rappelle en effet celle suivie par la capitale tchèque depuis quelques années : les petites boutiques de quartier, ateliers de réparation, coiffeurs, petits libraires etc... ont déjà deserté le centre pour se réfugier dans les quartiers alentour. Le centre est réservé à des adresses branchées ou touristiques car les loyers sont devenus prohibitifs pour les petits commercants.
Mais à Prague, les magasins de proximité sont menacés par un danger spécifique : les grandes surfaces, qui poussent comme des champignons. Le phénomène a pris un telle ampleur que l’UNESCO a déjà menacé de déclassifier le centre historique si on continuait à le défigurer avec ces nouvelles structures.
Δ   A long terme, le risque est de voir la diversité sacrifiée au profit de l’uniformisation et cette menace concerne d’abord la culture. Les petits cinémas de quartier ont déjà adopté des stratégies pour faire face aux salles multiplexes. Au lieu de se battre sur le même terrain, un combat perdu d’avance, ils essaient justement de se différencier en proposant des films ou des pièces d’auteurs indépendants, qu’on ne trouve pas ailleurs.
Δ   Josef Jindrák, quant à lui, oppose un réalisme flegmatique aux problématiques de la culture et du commerce de proximité. En 2006, il a ouvert sa boutique de disques et de livres, Polí pět, dand le droit fil d’une maison d’édition et de production alternative, Manuzio, qui remonte aux années 90. Un café, un disquaire, un libraire, un antiquaire et une agence culturelle, Polí pět, c’est tout ça à la fois ! Cela faisait longtemps que Josef, amateur éclairé de culture et grand érudit, rêvait d’avoir pignon sur rue. Il l’a fait et sa boutique est un enchantement mais, bien sûr, ce n’est pas facile tous les jours. Nous sommes allés le recontrer.
Δ   Ton offre concerne d’abord la littérature et la musique underground tchèques. A priori, tu te différencies des grands magasins, comme Bonton comme pour les disques ou Luxor pour les livres. Leur concurrence est-elle rude ?
Δ   « Je ne ressens pas du tout la présence des mégastores comme une concurrence. J’essaie de travailler de manière différente et mon projet n’est pas le même. Moi-même, je n’essaie pas de me distinguer spécifiquement. Non, il ne s’agit pas de concurrence »
Δ   Tu proposes d’autres choses que ces grandes structures ?
Δ   « En République Tchèque, il y a une très bonne distribution et de fait, il est possible d’avoir accès à la qualité dans chaque magasin. On trouvera aussi, à Bonton ou à Luxor, une partie des produits que je vends. Mais contrairement à eux, chez nous, le client n’aura pas à fouiller dans des tas de titres médiocres pour trouver un livre ou un disque de qualité. La qualité représente une priorité pour moi. Par ailleurs, Polí pět reste orienté vers la culture alternative,, ça m’intéresse et c’est mon domaine »
Δ   Une partie de ton offre est plus grand public, livres d’histoire ou classiques du rock par exemple. Cette ouverture est-elle nécessaire à l’existence du magasin ?
Δ   « Je ne sais pas si c’est nécessaire. Je propose, c’est vrai, des produits plus courants comme des livres d’enfants ou des livres d’histoire, des titres qui pourraient peut-être surprendre dans mon magasin. Je pense qu’il est vain de vouloir se distinguer à tout prix car la culture est une et représente un ensemble. Je ne prétends pas que la culture alternative est forcément la meilleure ou la seule valable »
Δ   Quelle catégorie de clients visite ton magasin et qu’est-ce qui se vend le mieux ?
Δ   « Il n’y a pas de client-type qui viendrait chez moi, la clientèle est très variable. Le faisceau de mes clients va de l’étudiant à la personne âgée. De même, il n’y a pas vraiment de titre plus vendu qu’un autre. J’offre un choix assez large et c’est ce qui me permet justement de gagner ma vie. Bien sûr, j’ai aussi quelques auteurs favoris, sur lesquels je mets l’accent, comme Sigismund de Chals, poète et auteur excentrique de bande-dessinées. Egalement le groupe Kaspar von Urbach, qui sort un premier album. J’en ai déjà vendu dix copies, ce qui est vraiment beaucoup »
Δ   Exportes-tu certains articles et si oui pour quels clients ?
Δ   « Je n’ai pas beaucoup de clients à l’exportation mais j’ai déjà envoyé des produits en Allemagne, en Pologne et aux Etats-Unis. J’ai en revanche plus de touristes, curieux, et surtout des Japonais, qui débarquent dans ma boutique avec des petits carnets, en sachant exactement ce qu’ils veulent acheter. Ce qui les intéresse surtout : la musique underground tchèque des années 60 »
Δ   Et comment cela se passe financièrement ?
Δ   « Je suis loin de gagner des revenus vertigineux. En fait, je gagne à peu près la moitié du salaire moyen tchèque ! Mais je ne me plains pas, je suis satisfait, je suis mon propre patron et je n’ai pas de grands frais quotidiens »
Δ   D’après toi, la culture se vend-t-elle bien à Prague ?
Δ   « Je pense que la culture se vend difficilement un peu partout, à Prague, ce n’est ni pire, ni meilleur, ce serait sans doute plus difficile pour moi dans des petites villes. A Prague, cela reste possible d’en vivre »
Δ   Sens-tu les effets de la crise actuelle sur ton activité ?
Δ   « Pour le moment, je ne ressens pas trop les effets de la crise financière. C’est plutôt la crise de la vente du disque qui m’affecte, surtout en ce qui concerne les CD. Une légère baisse des ventes se ressent quand même comme au niveau des grands classiques internationaux, comme par exemple les Beatles. Mais pour ce qui est des produits un peu rares et marginaux, je pense que la vente devrait rester stable. D’après moi, le marché de la culture alternative va même se stabiliser dans quelques années. La crise aura sans doute des conséquences mais d’un autre côté, les gens auront toujours besoin de se faire plaisir et le plus grand plaisir, c’est bien de s’offrir un livre ou un CD »
Δ   Hors micro, la discussion s’est poursuivie avec Josef. Un élément intéressant en ressort : la clientèle étrangère peut être un bon placement et il y a un intérêt réel pour la culture alternative tchèque à l’étranger, les groupes Už Jsme Doma et Plastic People of the Universe restant les plus connus. Suivant la vogue du vinyle, certains clients japonais achètent jusqu’à 1000 Kc un disque, ce que les Tchèques se permettent plus rarement. Polí pět a démontré son savoir-faire, reste donc pour Josef à faire savoir à l’étranger que son magasin existe !
Δ   Le magasin a en tout cas passé le cap fatidique des deux ans et Josef a commencé à engager, occasionnellement, des étudiants dans le cadre de jobs de vacances. Un bon signe, preuve que les hypers n’ont pas encore mis à bas l’existence des magasins de quartier à Prague mais aussi que la culture se vend aussi hors des grands circuits de distribution, même si c’est loin d’être facile.
Δ   Pour terminer et pour les curieux, voici le site internet du magasin Polí pět : www.polipet.cz
Fortaken: http://www.radio.cz/
Δ   All our activities unfold from our Prague shop and bookseller´s „At the Five Fields“, which has been run by us since 2006 (books, magazines, CD´s, LP´s, art reproductions, T-shirts, fair trade/bio products, LP second-hand and a little second-hand book shop).
Δ   We are engaged in sale, distribution and support of the non-commercial culture featuring solitaires, underground and experimentators. There are authors´ readings, small concerts and exhibitions taking place in our shop. We concentrate mainly on the sale in the Czech Republic and Slovakia, but we distribute foreign items, too.
Δ   We run our own publishing „handmade“ edition in the „CD-R“ format. Every year there are approx. 5 new items issued.
Δ   Roots of our activities can be seen at the very beginning of the 90´s. Under the name „Manuzio“ we ran the „Apartment gallery“, held concerts and theatre performances and published low-edition book publications.
Δ   We´ll be pleased to send you anything we have in our offer, even outside the Czech Republic. Form of payment and post fees are arranged individually depending on the order size. All our prices are in CZK. Currency conversion into Dollars or Euros depends on the current exchange rate. We do not charge any wrapping or similar fees. Δ   We send our goods outside the EU free of VAT, that means 19% cheaper.
Δ   We offer the CD/LP distribution in the Czech Republic to the small publishing labels.
Δ   We provide distribution discounts to the traders.Polí pět
_______________________________________________________________

Polí5

 

NEWS

15.10.2017

Black Nite Crash

15.10.2017

Nerina Pallot

15.10.2017

LAPALUX

14.10.2017

Destroyer

13.10.2017

The War on Drugs

13.10.2017

The Front Bottoms

13.10.2017

Gabrielle Papillon

archiv

ALBUM COVERS IX.

Godspeed You! Black Emperor — “Luciferian Towers” (Sept. 22, 201
Tais Awards & Harvest Prize
Za Zelenou liškou 140 00 Praha 4, CZE
+420608841540